DIETMAR FEICHTINGER / PORT-RE

Dietmar Feichtinger est installé à Paris depuis 25 ans. Il partage son activité entre une agence française et une filiale en Autriche dont il est originaire.

Bien que cela ne représente qu’une partie de son activité architecturale, il est notamment reconnu pour la construction d’ouvrages d’arts et se fait notamment remarquer avec la construction de la passerelle Simone de Beauvoir en face de la Bibliothèque Nationale de France ou encore la jetée du Mont St Michel récemment ouverte au public.

Mies. FR est allé à sa rencontre pour l’interroger sur son choix d’ouvrir un agence en France, sur les différences culturelles dans l’art de construire entre les deux pays ou encore sur la relation entre ingénieurie et architecture. Une belle occasion d’obtenir une vision un peu plus large de nos pratiques nationales.

Pour expliquer les raisons de son expatriation, Dietmar évoque en particulier sa curiosité et son intérêt pour les grands projets français dans les années 90 :

« En France, construire c’ est un sujet politique , les maires, même le président s’intéressent à se représenter par la qualité d’un bâtiment. La France est peut être le meilleur exemple de comment l’architecture peut prendre place dans la société et avoir une influence sur tout le monde.»

Pour ce qui est du rapport entre architecture et ingénieurie ainsi qu’aux différences de construire des deux pays, Dietmar convient d’une réelle différence de culture et même de manière d’appréhender le métier d’architecte.

« En France on a longtemps négligé la technique. On a partagé le travail d’architecte et on a donné une grande partie du travail à des non architectes pour se consacrer à la création. »

Tout en se voulant rassurant sur le retour de la préoccupation du bel ouvrage dans l’hexagone, Dietmar rappelle l’importance et la complémentarité des 2 aspects de la construction :

« La création ne peut pas être séparé du savoir technique »

Lorsque Mies. FR en vient au fameux conseil aux jeune générations

Dietmar insiste sur l’importance de rester compétent dans les domaines dont on dépossède habituellement les architectes pour pouvoir dialoguer d’égal à égal avec les différents partenaires de la construction.

« Soyez compétents, pluridisciplinaires, et résistez au système [ de spécialisation systématique ] dans lequel on essaye de nous pousser »

Alors en résumé, entre deux interviews de Mies.FR, on se remet au boulot !

Publicités