L’URBANISME [Frederic Bonnet] (RE-PORT)

C’est au cœur du 20ème arrondissement que Frédéric Bonnet nous reçoit en fin d’après-midi. Au fond d’une cour de la rue d’Avron, une entrée richement plantée laisse apparaître timidement la porte de l’agence Obras.

 

Le praticien nous convie à sa table. Frédéric Bonnet, né à Firminy en 1965, fonde l’agence Obras avec Marc Bigarnet à la suite de la sélection au concours Europan d’un projet de parc à Alicante. Les deux camarades seront par la suite lauréats du palmarès des jeunes urbanistes.

Architecte D.P.L.G diplômé en 1991 à l’école d’architecture de Paris-Belleville, il conserve par la suite un lien fort avec l’enseignement en codirigeant un diplôme post-master « architecte-et-urbaniste » à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de la ville et des Territoires à Marne-la-Vallée, et en intervenant comme enseignant à l’Accademia di Architettura di Mendrisio – Suisse.

Frédéric Bonnet, homme transversal, prône une vision plurielle de la ville avec la mise en perspective des différentes échelles dans la conception architecturale.

Comme l’évoque le rapport du Jury du Grand prix de l’urbanisme, 2014 : « Son engagement militant pour la ville, au travers de l’ensemble des activités qu’il mène, de l’enseignement aux projets urbains en passant par la recherche, a été particulièrement reconnu ». L’homme est également fameux pour son : « inventivité face à toute situation urbaine, et pas seulement dans les grands projets médiatisés. Sa capacité de transfert des savoirs agit en faveur de l’aide à la mise en mouvement du territoire, mesure indispensable ».

Frédéric Bonnet dessine et se consacre en partie à la conception urbaine des espaces publics. Avec Obras, de nombreux projets urbains voient les jours, comme la place Saint-Michel à Bordeaux, le plan du campus de Toulouse, ou bien le cœur de ville de Saint-Etienne. Membre fondateur et rédacteur de la revue « Tous Urbains », il développe également des analyses sensibles et transversales de l’espace public tout en vulgarisant la profession d’architecte.

IMG_7012

A la question « faut-il éduquer les décideurs politiques ? », l’intéressé nous répond sans fustiger : « il faut apprendre à travailler ensemble et de manière pluridisciplinaire » […] « Le côté hyper technique de notre profession nous bloque ! » ; « Expertises et contre-expertises s’annulent et les rapports s’entassent, […] un peu comme à la recherche du temps perdu de Proust, mais en plus mal écrit […] et personne ne les lit…»

Il faut influer sur nos manières de faire et « ménager » l’aménagement pour empêcher qu’il ne s’auto asphyxie. Encadrer les thématiques pour faire des problèmes urbains de réels sujets politiques.

Enjoy !

Article par Antoine Basile.

 

 

 

https://www.facebook.com/Tous-urbains-392964787515392/

http://www.territoires.gouv.fr/grand-prix-de-l-urbanisme

 

 

Publicités